1.  
    Modérateur

    Le site de Golias a pris position un peu rapidement contre le Vatican et en faveur de Mgr Milingo, cet évêque catholique marié via la secte de Moon et qui a ordonné 4 nouveaux évêques mariés. Les choses sont-elles si simples? J'ai publié un petit article sur ce sujet qui aidera peut-être à se faire une opinion, et voici ce que j'ai répondu à Golias. Depuis lors, ce sujet a été supprimé du site.

    "Pourquoi vouloir faire passer Mgr Milingo comme un martyr des manoeuvres romaines...? Loin de moi l'idée de les justifier, évidemment. Mais la manière de faire de l'ancien évêque de Lusaka est, à notre avis, source d'autant de difficultés et d'ambiguïtés.  J'écris 'à notre avis' au nom de la Fédération Européenne des prêtres mariés. Le problème principal est, pour nous, que la 'théologie' de cet archevêque se contente d' 'additionner' le mariage à la manière la plus classique, voire carrément rétrograde, de considérer le ministère presbytéral (et plus encore épiscopal!). Additionner sans plus, en gardant toutes les caractéristiques très 'cléricales' d'avant même Vatican II, et de toute façon sans prolonger la réflexion du Concile. Ni même l' 'acculturation' dont on dit qu'il est - ou qu'il a été - le champion africain : le 'prélature' personnelle et universelle des prêtres mariés qu'il prétend développer en est exactement la contradiction. Évidemment, ce n'est pas la conception de la 'famille' apprise dans la secte de Moon qui pourra l'aider à avoir une vision un peu plus 'intégrée' concernant les ministères nécessaires aujourd'hui dans les communautés chrétiennes... Vous remarquerez d'ailleurs que Mgr Milingo fait fi, superbement, de toutes les recherches - sociologiques, psychologiques, théologiques - qui ont été menées depuis 40 ans dans ce domaine, ainsi que des nombreux groupes de prêtres mariés qui y ont travaillé et y travaillent encore. Bien sûr, nous n'étions, nous, que des prêtres 'de base'... et nous ne disposons de (ni n'envions) les finances impressionnantes du révérend Moon! Mais notre conception de l'église - sans doute aussi de la foi - est vraiment trop éloignée de la sienne..."