Publications

Rechercher les articles
par mot du titre ou mot-clé :

présentés par :

année et n° (si revue):

auteur :

Éditorial CEM (juin 2018)

Gisèle Vandercammen
Publié dans CEM n°119 (6/2018)

À première vue, lors de la rencontre des CCB, nos têtes blanches, grisonnantes, dégarnies, nous étions une bande de vieux militants marginaux, se réconfortant, pas de  « c’était mieux avant ».

Quoi que nous ayons bien préparé cette journée en communauté, Emeline De Bouver nous a proposé par l’image de l’arbre, une synthèse des différents lieux et temps de nos engagements. Cela a permis de nourrir nos réflexions et de pouvoir relier les diverses démarches des uns et des autres dans un contexte plus global et dans une stratification plus intégrale.

Vint le temps de l’A.G., la petite équipe moteur s’était bien réparti les différents points à mettre à l’ordre du jour : la participation de Communautés en marche dans le bulletin PAVÉS, les contacts externes, dont notre place dans le C.I.L. et à l’international, tout spécialement la rencontre de CCB d’Europe : « Chrétiens engagés pour un monde plus juste dans une église pauvre » à Rimini sur la Côte Adriatique du vendredi 21 au dimanche 23 septembre 2018, sans oublier les finances.

Pas de place ici pour le détail de ces différents points pour la bonne raison que je n’ai pas osé demander les notes aux rapporteurs qui étaient au four et au moulin, cela viendra dans un prochain numéro.

Nous ressentons fortement notre marginalité, nous avons expurgé notre vocabulaire des expressions spécifiques catholiques et cela jusque dans la célébration eucharistique, nous étions « entre nous » conscients des enjeux de la planète, nous disions notre insertion dans la société pluraliste.

Nous aurions pu parler des migrants, des réfugiés aussi bien économiques que politiques ou sociétaux, cela nous préoccupe mais ce n’était pas le sujet.

Certains d’entre nous sont préoccupés par leur fin de vie, ils ou elles ont de moins en moins la maitrise de leur vie, de leur santé, (et je sais de quoi je parle) il s’agit souvent des autres alors que cela nous taraude personnellement !

Nous devrions peut-être aussi regarder en face notre société découpée en tranche d’âge, la famille n’étant plus que marginalement le lieu rassembleur (à l’occasion de fêtes), nous les vieux, comment courageusement imaginons-nous autre chose que les maisons de repos, dernier recours, nous regroupant en petites entités dans nos quartiers, tout en respectant les individualités. Cela vaut aussi bien pour les quartiers populaires des villes que pour les campagnes.

Nous devenons majoritaires ici mais aussi ailleurs, en Chine par exemple, aussi nous avons le devoir de penser la société vivable à plus long terme, 

Perdu dans la globalisation, je proposerais comme un retour à la tribu, oui, mais des tribus consciemment ouvertes sur le monde, du plus près au plus éloigné même si par souci écologique ou par nécessité nous ne nous déplaçons plus beaucoup. Jésus n’a pas été très loin mais il voit largement, puisse-t-il nous inspirer !


Gisèle Vandercammen (Mouvement Chrétien pour la Paix)


webdesign bien à vous / © pavés. tous droits réservés / contact : info@paves-reseau.be

Chrétiens en Route, Communautés de base, Démocratie dans l'Eglise, Evangile sans frontières, Hors-les-murs HLM, Mouvement Chrétien pour la Paix MCP, Pavés Hainaut Occidental, Sonalux