Publications

Rechercher les articles
par mot du titre ou mot-clé :

présentés par :

année et n° (si revue):

auteur :

La simplicité, un chemin de vie à La Poudrière

Sylvie Ska
Publié dans CEM n°119 (6/2018)


La communauté de La Poudrière, forte et fragile avec ses 60 ans d’existence, a choisi de vivre ses objectifs grâce à des moyens bien concrets tels que le travail, la mise en commun, la fidélité et en ce qui nous concerne, la simplicité.

Les objectifs, présents sous nos yeux dans notre grande salle sous forme de vitraux, nous rappellent pourquoi nous sommes à La Poudrière : la présence, l’amitié, la justice, l’espérance-utopie et l’ascèse (formation et croissance personnelle). Ce sont des valeurs universelles permettant ainsi à chacun de mettre des balises dans sa vie, en tenant compte de sa spiritualité personnelle. Les moyens cités ci-dessus, sont des chemins possibles pour vivre au quotidien ces valeurs et nourrir par la participation de tous le vivre ensemble.

La simplicité à La Poudrière est tout d’abord un refus de la propriété privée. Les 60 membres de la communauté vivent ensemble sur trois lieux de vie en Belgique et sont les bénéficiaires de bâtiments, de logements, de voitures, etc. … sans en être propriétaires. Une conséquence logique de cette décision est la mise en commun totale des revenus dès que l’on devient membre à part entière de la communauté (le patrimoine acquis auparavant reste la propriété de la personne).

« Mettre en commun », ceci représente sans doute la signature de La Poudrière. Pour certains, c’est une référence évidente au mode de vie des premiers chrétiens : « tous les croyants ensemble mettaient tout en commun ; ils vendaient leurs propriétés et leurs biens et en partageaient le prix entre tous selon les besoins de chacun » (Bible de Jérusalem, Ac 2, 44-45).

A La Poudrière, la mise en commun veut dire aussi partager son temps, plusieurs années d’une vie (certains sont là depuis leur naissance, d’autres depuis plus de 40 ans), ses capacités, ses dons, ses fragilités aussi, son passé, ses énergies. Pour devenir membre de la communauté, il n’y a aucune condition requise sinon la volonté de vivre ensemble dans une bienveillance qui sera constructive. Il va sans dire qu’il n’y a bien sûr pas d’obligation de salaire ou autre revenu pour entrer à La Poudrière. Chacun frappe à la porte tel qu’il est et entre dans « la famille » en respectant les objectifs de celle-ci.

Cette simplicité vécue est à l’origine de toute une spiritualité qui n’est pas rattachée à une confession religieuse mais bien pluraliste, un des fondements de la communauté. Un des piliers de cette spiritualité est la liberté.  Nous ne dépendons pas de subsides de l’état et sommes donc libres de vivre notre quotidien, le travail, notre destinée comme nous le décidons ensemble. Ceci permet aussi d’accueillir sans conditions des personnes qui vont rejoindre le groupe et y apporter ce qu’elles sont. Il n’y a pas de sas entre l’extérieur et l’intérieur de la communauté. Celui qui frappe à notre porte est accueilli directement dans notre lieu de vie (pas de parloir chez nous !).

La liberté, … Un ancien de La Poudrière, Jacques Devos, a formulé cela d’une manière très belle et très forte : « On ne se libère pas tout seul, on ne libère pas l’autre, on se libère ensemble. »

Ange, un enfant vivant à la communauté, a donné plus récemment sa définition de la liberté : « La liberté, c’est faire ce qu’il faut au moment où il faut. »

Vivre ensemble peut être perçu comme une privation de liberté pour certains. Il est évident qu’on ne fait pas ce qu’on veut, quand on veut mais ce mode de vie génère des joies, des possibles, des « remises debout », du sens, de la justice.

On peut dire qu’une utopie se réalise, au jour le jour, par une simplicité de vie qui permet d’accueillir des personnes de tous horizons qui deviennent les acteurs d’un vivre ensemble libérateur.

Pour terminer, citons Père Léon, un des fondateurs de La Poudrière, lors de la dernière soirée de son dernier voyage avec la communauté : « Vivre une aventure ensemble, remplie d’inconnu, remplie d’imprévus, c’est un risque.

Il n’y a rien de tel pour souder des hommes ensemble. Le fait d’être ensemble, il y a une spiritualité qui se dégage. Une spiritualité qui ne veut pas dire religion mais un sens à la vie, une réflexion, le partage des grandes questions, retrouver les grandes valeurs. Une spiritualité à travers les gestes et la présence de chacun.

Comment être à l’écoute de la vie qui nous a réunis ici ? Chacun apporte quelque chose. Jamais la vie ne s’arrête, il y a toujours des imprévus.

C’est le mystère de la vie. 


Sylvie Ska (Communautés de base)


webdesign bien à vous / © pavés. tous droits réservés / contact : info@paves-reseau.be

Chrétiens en Route, Communautés de base, Démocratie dans l'Eglise, Evangile sans frontières, Hors-les-murs HLM, Mouvement Chrétien pour la Paix MCP, Pavés Hainaut Occidental, Sonalux