Publications

Rechercher les articles
par mot du titre ou mot-clé :

présentés par :

année et n° (si revue):

auteur :

Éditorial CEM (septembre 2018)

Gisèle Vandercammen
Publié dans CEM n°120 (9/2018)

Dans la chaleur de l’été nous prenions du bon temps sous la ramure, j’espère. 

Pourtant un grand vent a emporté quelques vies dans nos communautés déjà pas trop fournies. Certains, dont le dernier lien était notre publication, partent sans bruit, juste un avis de la poste, un retour de courrier… Sur le site des CCB, la page « Visages » est la plus consultée, une fois de plus elle va  s’enrichir, du moins si les communautés continuent de nous informer.

Dans la Communauté des familles, à l’église Ste-Suzanne, André Boxus peut être fier de ses filles qui ont célébré leur papa, des laïques donc, et même des jeunes femmes ! Leur papa prêtre ouvrier… parce que, quand même, quand on est prêtre, c’est pour toujours n’est-ce pas.

Dans la Communauté de Quaregnon, Jeanine Coulon nous a quittés le 5 juillet.

A Charleroi, c’est Paul Trigalet qui nous quittait le 25 mai. Vous lirez ci-dessous ce que les deux communautés communiquent.

A la CNAPD aussi, Pol Charles, grand militant des causes pour la paix, s’est envolé. Je trouve important de garder trace de ces compagnons de route, mais pour celui-ci, ce sera la prochaine fois parce que la soirée d’hommage aura lieu dans quelques jours.

J’ai reçu d’une grande amie et sœur de combat, un super cadeau, en un volume son parcours de vie illustré de nombreuses photos et situé historiquement. Moi-même, mettant de l’ordre dans mes documents, je racontais avec humour (oui, cela m’arrive) un évènement improbable, ma fille me dit : tu devrais au moins écrire cela. Oh là là, c’était du temps où il ni avait pas d’ordinateur… de plus, je lis ce passé avec le recul du temps…est-ce vraiment intéressant ?

Puis je revois tout ce qui se dit à l’occasion des décès, que gardons-nous de nos amis disparus ? Jésus, lui n’a rien écrit mais ses compagnons de route nous ont livré des récits sans dogme ni injonction qui nous éclairent en dehors de toute institution, du moins si nous les replaçons dans leur milieu.  D’accord, je ne suis pas Jésus, d’accord, j’en ai fait des bêtises, j’en ai dit et même écrit, au moins on ne pourra pas sérieusement écrire une hagiographie ! Ce que j’endosse à titre personnel, j’imagine que puisque vous me lisez, vous vous l’appliquez ne fusse qu’un peu. Faut-il remuer ce passé, faut-il rédiger ? Pour certains, clairement, non, pour d’autres, seuls, pas le courage !

Cette amie confie qu’elle n’a pas travaillé toute seule, mais dans une équipe, c’est une belle manière de reprendre nos vies en main alors que nous nous sentons comme des pantins désarticulés dans l’accélération et la mondialisation, certes nous participons à de petites actions significatives mais nous désespérons face aux forces néolibérales qui dévastent la planète. Si dans les communautés nous pouvions nous soutenir mutuellement dans l’inventaire de nos musées photographiques par exemple. Ce serait un cadeau pour nos familles, enfants, petits-enfants, neveux, nièces, nos familles de cœurs aussi.

Petits exemples éclairants : la photo d’un oncle missionnaire ! Les jeunes qui jugent, à juste titre, le passé colonial, verraient par exemple qu’il y avait des prises de conscience maladroites souvent paternalistes. D’ailleurs nous nous dégageons difficilement du patriarcat ; une photo en uniforme jociste ! Qu’est cela ? Pourtant aujourd’hui encore, c’est dans les mouvements que les jeunes expriment leur joie de vivre et leur aspiration à un monde meilleur.

Je lance cette idée, vu les nombreux messages de reconnaissance, d’amitié, reçus suite à la publication, fin juin, de la plaquette en souvenir d’Ernest Michel. Cela a remué bien des souvenirs. Le présent a une bonne base et un bon élan vers l’avenir. Pour ceux qui voudraient entreprendre ce travail de mémoire, il existe des aides sur internet, mais aussi des possibilités d’être soutenu par un regard extérieur. Il ne m’est pas possible de donner ici tous les renseignements, il suffit donc de me les demander.  Et n’attendez pas un décès pour nous donner des nouvelles de votre communauté ! Communiquez-nous vos réflexions suite à la journée, mais aussi celles qui vous viennent à l’approche des élections : à ce sujet, il serait intéressant que vous puissiez lire en communauté l’article de Jo Pirson, Du bon usage de la parole civile, en pages 2 à 5, qui termine bien par cette proposition : « réflexions à discuter, échanger et partager ».

Que vous soyez en forme ou que vous soyez bloqués par toutes sortes de misères, je vous souhaite sérénité et claire voyance, non ce n’est pas contradictoire, une bonne respiration et la vie vous parcourt jusqu’à l’extrémité des doigts. Souffle de vie, message universel proposé tant de fois par Jésus.


Gisèle Vandercammen (Mouvement Chrétien pour la Paix)


webdesign bien à vous / © pavés. tous droits réservés / contact : info@paves-reseau.be

Chrétiens en Route, Communautés de base, Démocratie dans l'Eglise, Evangile sans frontières, Hors-les-murs HLM, Mouvement Chrétien pour la Paix MCP, Pavés Hainaut Occidental, Sonalux