Publications

Rechercher les articles
par mot du titre ou mot-clé :

présentés par :

année et n° (si revue):

auteur :

Hommage à Jeanine Coulon (1928-2018)

André Michel
Raymonde Harchies
Publié dans CEM n°120 (9/2018)

Après d’émouvants témoignages dont celui de Raymonde H., André Michel ajoute quelques Fioretti sur la vie de Jeanine et trace dans les grandes lignes le parcourt de sa vie.

Jeanine a vécu son enfance, sa jeunesse et le début de sa vie professionnelle dans la région de Mons – Borinage.  Dans les années 1960, elle a choisi de vivre sa vie comme aide familiale dans la région de Charleroi. Raymonde Harchies parlera spécialement de ce choix et de cette période de sa vie.

Au moment où Jeanine a pris sa pension, elle est revenue dans la région de Mons – Borinage pour accompagner sa maman vieillissante. Fidèle à son sens de l’engagement, elle a repris contact avec ses anciennes connais-sances,  bien sûr Vie Féminine à Ghlin, mais aussi des personnes qu’elle avait connues dans le cadre de la Mission Ouvrière de Quaregnon pendant les années durant lesquelles elle a vécu  à Jemappes.

1982 : se mettait en place le projet des Communautés d’Eglise du Monde Ouvrier au niveau du diocèse de Tournai. J’avais reçu, en lien avec l’abbé André Scruel, doyen de Boussu, le rôle de coordinateur d’une équipe régionale pour les CEMOs. Jeanine est venue me rendre visite et elle m’a dit simplement, André, je suis là ! Quelle grâce ! Jeanine s’est engagée dans l’équipe régionale pour les CEMOs de la région. Elle participait aux projets de cette équipe régionale. Elle participait aux préparations des célébrations de la CEMO de Quaregnon. Elle y apportait son expertise de regard sur la VIE, avec la FOI en Jésus de Nazareth,  en scrutant le témoignage des premiers chrétiens transmis par les Evangiles, les Actes des Apôtres, les Lettres apostoliques…

On a « trituré » dans tous les sens les 3 éléments : VIE – FOI – CELEBRER.  Partir de la VIE, des signes des temps et relire le témoignage des croyants qui ont écrit la BIBLE,  ainsi que des réflexions de chercheurs de Dieu de toutes les époques afin de confronter la FOI que l’on a et que l’on cherche. Ou,  partir des récits de la BIBLE,  y découvrir le Dieu qu’ils révèlent et s’interroger sur ce que cela nous apporte dans le concret de nos VIES. Et CELEBRER Jésus de Nazareth,  vivant au milieu de nous quand nous sommes rassemblés en son nom en partageant le pain et le vin du royaume signifiant le don que Jésus a fait de sa vie pour l’humanité.  Que de fois, on a fait et refait les questions qui aident les participants à s’exprimer. Jeanine avait toujours le souci d’aller plus loin.  

Elle a pris aussi l’initiative d’animer des groupes : notamment avec Sœur Claire LECHARLIER, religieuse  Franciscaine de Hautrage, Jeanine a animé un groupe VIE – FOI dans la cité Wauters de Tertre où Sœur Claire habitait. Ce quartier elle le connaissait bien, c’est là qu’elle avait fait son stage d’assistante sociale la dernière année de ses études. A Ghlin, pendant quelques temps, Jeanine a réuni quelques femmes de son quartier pour partager la PAROLE et PRIER.

Ce parcourt de vie très succin est animé d’un grand souffle, celui de l’Esprit. Le célibat -  un membre du groupe lui avait posé la question -  était pour Jeanine un choix motivé d’une spiritualité très profonde. Je crois connaître quelques références aux origines de sa spiritualité. D’abord, un homme, un prêtre Aumônier d’Action Apostolique et Sociale, l’abbé Louis De Decker. Mais aussi, Madeleine Delbrel, Charles de Foucauld, le Père Voillaume et bien d’autres … ayant comme perspective la vie cachée de Jésus à Nazareth

Jeanine a vécu le « MAGNIFICAT ». Elle peut chanter : « Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu mon Sauveur ». C’est pour cela que je dis, que nous disons : MERCI Jeanine. Je lui dis spécialement merci pour sa présence pacificatrice et sa confiance totale dans les moments difficiles que tout groupe humain connait. Nous n’irons plus – je dis, nous, parce que je ne suis le seul à l’avoir fait – nous n’irons plus chercher Jeanine à la rue des Perces Neiges à Ghlin dans cet immeuble à appartement où comme elle disait  je suis au milieu de tous les pays du monde et au milieu de toutes les situations humaines heureuses ou malheureuses.

André MICHEL


Comme annoncé par André, Raymonde Harchies s’adresse à une compagne d’engagement :

 

Chère Jeanine,

Tu nous as surpris par ton décès. Mais aujourd’hui nous voulons te dire un tout grand merci pour tout ce que tu as été parmi nous.

Tu rayonnais une foi très, très profonde, ton amour du Christ tu l’avais découvert dans ta famille, mais surtout par la JECF, les camps mission-naires du Borinage, ta fréquentation de nombreux groupes de réflexion autour de la Maison ouvrière de Quaregnon, des prêtres ouvriers et ta participa-tion à l’Equipe, notamment. Tout cela a fait de toi une personne rayonnante de tendresse et de respect pour  toute personne, surtout des plus démunis.

Cette relation avec le Christ t’a orientée vers des choix souvent très radicaux ; comme Lui, tu as voulu aller jusqu’au bout d’une présence aimante vers les plus pauvres, les plus défavorisés de notre société. Après ton travail comme assistance sociale dans les charbonnages aidant les familles émigrées qui arrivaient désorientées dans nos régions, tu as voulu opérer un premier choix : abandonner ta profession début des années 1960 et te former pour prendre un métier manuel et devenir aide familiale au service de familles populaires en difficultés. Tu as quitté ta famille et es allée vivre dans le quartier du Coq à Jemappes. Ensuite dans les années 1970, tu quittes ta région et tu vas t’installer à Charleroi pour faire un autre passage, toujours comme aide familiale: celui de quitter les institutions chrétiennes et t’inscrire comme travailleuse au syndicat socialiste. Tu y seras, avec d’autres, militante revendiquant de meilleures conditions de travail pour cette profession. Tu noueras partout des amitiés fortes.

Par après, ta maman devenant plus âgée, tu décides de revenir au Borinage et  prendre anticipativement ta pension pour l’entourer jusqu’à son décès. Dernier choix : depuis près de vingt ans, tu désireras vivre de nouveau dans un quartier très populaire des tours de Ghlin.

Merci Janine pour  tout ce que tu as pu réaliser et surtout pour tout ce que tu étais et resteras : ta cohérence de vie, ton amitié sans faille, ta  grande délicatesse, ton sourire rayonnant.

Raymonde HARCHIES



André Michel (Communautés de base)
Raymonde Harchies (Communautés de base)


webdesign bien à vous / © pavés. tous droits réservés / contact : info@paves-reseau.be

Chrétiens en Route, Communautés de base, Démocratie dans l'Eglise, Evangile sans frontières, Hors-les-murs HLM, Mouvement Chrétien pour la Paix MCP, Pavés Hainaut Occidental, Sonalux