Publications

Rechercher les articles
par mot du titre ou mot-clé :

présentés par :

année et n° (si revue):

auteur :

liminaire

Pierre A. Collet
Cet article n'a pas été publié dans une de nos revues

Contentons-nous d’épingler deux événements qui nous paraissent significatifs : le récent « baromètre du religieux » des francophones de Belgique et la sortie du pamphlet populiste et anti-musulman d’un de nos voisins hollandais.
Selon cette deuxième édition du « Baromètre du religieux », dû à l'initiative de La Libre, de Dimanche, de la RTBF, de Lumen Vitae et de l'UCL, 43 % des Belges francophones se disent encore catholiques, face à 17% d'athées.
Interprétation de Michel Konen : "Les résultats sont riches d'enseignements. D'abord celui-ci : c'est dans les villes, plus que dans les campagnes, que bouillonne l'avenir spirituel. Et la montée en puissance de l'islam (12 % en Communauté française), mais aussi d'autres approches religieuses ou mystiques telles le bouddhisme ou le protestantisme évangélique."
Et analyse de Charles Delhez, s.j. : "La dimension religieuse reste importante dans notre société. (…) Dieu n'est pas mort même s'il est quelque peu malade. Il se situe plus dans le registre du doute que de la certitude." Mais "le parcours est de plus en plus individuel, surtout du côté chrétien mais l'attente demeure importante vis-à-vis des communautés. Mais qui transmettra puisque chacun se contente de consommer de manière privée ? On cherche des témoins, mais on ne cherche pas à l'être. La réalité pastorale confirme cette question : on ne recrute plus les "permanents du spectacle". Il n'y a plus que des "intermittents".
Et cet autre commentaire qui voit la différence entre le christianisme et l’islam en termes d’espérance et de certitude : "Une autre leçon intéressante du Baromètre concerne les différences entre l'islam et le christianisme... La foi-certitude des musulmans se heurte à la foi-espérance des chrétiens : on construit très différemment sa croyance. Du côté des valeurs, là où la foi et la spiritualité sont centrales pour l'islam, les chrétiens renvoient à l'amour et à l'amitié. La dimension relationnelle et de la quête de soi y prend une place prépondérante. Ces valeurs de référence des chrétiens sont aussi mises en avant par les athées et les agnostiques ainsi que par les croyants sans références précises... "
Alors, notre rencontre avec l’islam, choc de civilisations ou richesse de la complémentarité ? La sortie du film "Fitna" montre bien que cela dépendra toujours aussi de chacun et de chacune… comme l’exprime bien Philippe de Briey. A lire aussi l'analyse que fait Felice Dasseto des surenchères entre extrémismes et leurs enjeux pour nos vies en société (dans La Libre du mercredi 2 avril).
A-t-on assez souligné l’intérêt de la lettre de 138 dignitaires musulmans au pape, fin 2007, appelant à un dialogue sur les questions théologiques et éthiques ? Après les réponses positives du PISAI et du pape lui-même, on apprend qu’un premier séminaire du "Forum catholique-musulman" aura lieu à Rome du 4 au 6 novembre : 24 dignitaires de chacune des deux religions travailleront sur le thème "Amour de Dieu, amour du prochain" : ses "fondements théologiques et spirituels", puis "dignité humaine et respect mutuel". Certains sont déjà sceptiques et pointent d'avance les difficultés théologiques. D'autres insistent sur le contentieux politique et social en lien avec le rapport du Forum économique mondial... Des raisons suffisantes pour préférer le statu quo...?



Pierre A. Collet (pavés)


webdesign bien à vous / © pavés. tous droits réservés / contact : info@paves-reseau.be

Chrétiens en Route, Communautés de base, Démocratie dans l'Eglise, Evangile sans frontières, Hors-les-murs HLM, Mouvement Chrétien pour la Paix MCP, Pavés Hainaut Occidental, Sonalux