Publications

Rechercher les articles
par mot du titre ou mot-clé :

présentés par :

année et n° (si revue):

auteur :

liminaire

Pierre A. Collet
Cet article n'a pas été publié dans une de nos revues

Le mouvement pour la régularisation des sans-papiers ne s’est pas essoufflé ces derniers mois comme en témoignait la lettre de notre ami Henri Solé en juin 2009 ; parmi les nouvelles de cette rentrée en Belgique, épinglons qu’il a enfin remporté une victoire politique, même si elle n’est que provisoire et limitée aux trois mois à venir. Regrettons cependant avec Vie Féminine qu’il ne s’agisse que d’une ‘instruction’ et non d’une ‘loi’, qui aurait eu un effet  plus stable. Et souhaitons que ce ne soit pas la dernière…

L’autre débat qui fait rage en ce moment concerne une fois de plus le ‘voile’… Après la prestation de serment voilée de Mahinur Ozdemir et la position de l’enseignement flamand d’interdire le voile à l’école, la question est relancée et divise dans tous les camps, et elle paraît si difficile qu’il y a lieu de se demander si une solution uniforme et imposée d’autorité serait opportune. Faut-il suivre l’exemple français qui, sous couvert d’une ‘laïcité’ très formelle, interdit mais ne prend guère de mesures sociales pour éviter le cloisonnement des quartiers et des banlieues ? Faut-il au contraire tolérer, et en quelque sorte céder au chantage de la ‘non-intégration’ et à la menace de création d’écoles musulmanes qui risqueraient de devenir des ghettos ? Albert Bastenier nous avait aidés à réfléchir à cela il y a 5 ans déjà. Et les communications de la journée d'étude du CIL sur la multiculturalité en novembre 2008 restent très utiles. Aujourd’hui, nous donnons la parole à ce sujet à plusieurs intervenants dans notre bulletin papier qui vous arrivera ces jours-ci, ainsi qu’à Philippe de Briey dans notre ‘texte du mois’. Mais il faut lire aussi ce que pense de tout cela le jésuite Henri Boulad qui vit en Égypte et n’est pas très optimiste. Affaire à suivre, en Belgique et en Europe : notre attitude détermine pour une part le type de société où vivront nos enfants…

Du côté de l’Église catholique, on a encore connu quelques surprises de taille ! En lançant une ‘année du sacerdoce’, Benoît XVI propose de nouveau comme modèle du prêtre le bon vieux curé d’Ars… Même nos évêques ont pris poliment quelque distance par rapport à ce type de théologie, et Norbert Scholl n’hésite pas à se demander si « le pape s’identifie lui-même avec ces idées obscures voire pathogènes, (…) et si une telle image du prêtre est effectivement (encore) acceptable au plan théologique. » Dans la foulée des ‘restaurations’ qui lui sont chères, et sur fond d’accord prévu avec les intégristes, il s’agit clairement de redéfinir l’identité sacrée du prêtre en insistant sur une spiritualité totalement dépassée et désincarnée. Et Benoît XVI remet ça en recevant les évêques brésiliens. Comment réagir ? Certains lui écrivent leur désaccord et leurs suggestions… D’autres publient des manifestes. Ne restons pas silencieux!

Pierre A. Collet (pavés)


webdesign bien à vous / © pavés. tous droits réservés / contact : info@paves-reseau.be

Chrétiens en Route, Communautés de base, Démocratie dans l'Eglise, Evangile sans frontières, Hors-les-murs HLM, Mouvement Chrétien pour la Paix MCP, Pavés Hainaut Occidental, Sonalux