Publications

Rechercher les articles
par mot du titre ou mot-clé :

présentés par :

année et n° (si revue):

auteur :

Le Réseau Européen Églises et Libertés : 20 ans d’évolution

François Becker
Publié dans Bulletin PAVÉS n°27 (6/2011)

L’idée de la création d’un réseau de mouvements de catholiques réformateurs partageant des idéaux communs est née des rencontres personnelles entre Hubert Tournès, membre du mouvement français Droits et Libertés dans les Églises (DLE) et Gerd Wild, membre du mouvement allemand  Initiative Christenrechte in der Kirche (ICK) et de membres du Mouvement néerlandais du 8 mai. Ces rencontres ont débouché sur la préparation d’une Conférence européenne pour les droits et les libertés dans l’Église (CEDLE) qui a eu lieu en 1990 à Huissen (NL), conférence rassemblant les mouvements allemands, belges, français et néerlandais qui militaient pour les droits et les libertés dans l’Église catholique. Le groupe évoluant et s’élargissant, il a été décidé en 1996 de rédiger une charte qui a ensuite été amendée à plusieurs reprises, la charte actuelle datant de 2005 (www.european-catholic-people.eu).

Au départ, le Réseau était focalisé sur les problèmes internes à l’Église catholique. C’est pourquoi, se sont associées au Réseau Européen de nombreuses branches du mouvement international Nous Sommes Église fondé à Rome en 1996 à la suite du référendum sur une Pétition du peuple chrétien (www.we-are-church.org) lancé en 1995 par des catholiques en Autriche, puis en Allemagne pour un renouveau de l’Église catholique dans l’esprit de Vatican II et signé par 2.500.000 personnes.

Cependant, la préparation du Traité Constitutionnel Européen  (TCE) a amené le Réseau Européen à évoluer et à s’intéresser de plus en plus aux relations entre Église et Société dans l’Union Européenne et à prendre une part active au débat public sur les articles du traité à ce sujet et en matière de démocratie participative et à faire de même lors de la préparation du traité de Lisbonne. Ce fut le premier engagement civique du Réseau Européen qui s’est ensuite investi, depuis 2002, dans les Forums Sociaux Européens au cours desquels il propose des séminaires permettant une réflexion évangélique sur les thèmes des forums.

Lors de sa rencontre annuelle de 2004 à Zurich, le Réseau Européen a alors décidé d’accroître son implication civique et sociétale. Il a ainsi décidé de demander le statut participatif au Conseil de l’Europe. Il s’est aussi investi dans le groupe de travail multiparti sur Religion et Politique du Parlement européen. Il participe à tous les travaux de ce groupe et fait entendre une voix de catholiques qui ne partagent pas nécessairement les mêmes orientations que les représentants de l’institution.

En même temps que s’élargissait son intérêt vers les problèmes de société traités par les institutions européennes, le Réseau décidait de s’ouvrir au dialogue interreligieux puis interconvictionnel lors des rencontres annuelles de Madrid (2005) et Wiesbaden (2006). En parallèle, il mettait en place un ‘groupe de travail International, Interculturel et Interconvictionnel, appelé G3i’, rassemblant des représentants d’associations et de personnes de religions, convictions et cultures différentes provenant de différents pays de l’Europe pour réfléchir aux problèmes de la cohésion sociale et de la laïcité dans une Europe multiculturelle et multiconvictionnelle.

Le développement des activités du Réseau Européen et les travaux qu’il a menés sur le dialogue interculturel et interconvictionnel ainsi que sur les interactions religion/société au niveau européen à la fois au sein du Conseil de l’Europe, au sein du groupe de travail multiparti sur Religion et Politique du Parlement européen et dans le cadre des Forums Sociaux Européens, a amené le Conseil de l’Europe à lui accorder le statut participatif en janvier 2008. Ce statut permet au Réseau Européen de participer activement aux travaux du Conseil de l’Europe, et plus particulièrement à sa conférence des OING, et d’apporter ainsi l’expérience et la vision de chrétiens réformateurs.  

Le travail que mène depuis 2005 le Réseau Européen dans le groupe de travail multiparti sur Religion et Politique du Parlement européen s’est amplifié. Lors du renouvellement du Parlement européen en 2009, le groupe de travail multiparti sur Religion et Politique s’est transformé en Plateforme du Parlement Européen pour la Laïcité en Politique. Pour être plus efficace, cette Plateforme s’est réorganisée en associant à ses travaux plusieurs OING de façon structurelle. Un Conseil Consultatif de la Plateforme a ainsi été mis en place et le Réseau Européen a été invité à en faire partie. Le réseau a ainsi un canal par lequel il peut faire passer de nombreuses informations et proposer des questions à débattre.


François Becker (Réseau Européen Eglises et Libertés - France)

Notes :

 1er juin 2010

résumé par P. Collet : le texte intégral se trouve sur le site web du réseau http://www.en-re.eu/en25/






retourner dans l'article


webdesign bien à vous / © pavés. tous droits réservés / contact : info@paves-reseau.be

Chrétiens en Route, Communautés de base, Démocratie dans l'Eglise, Evangile sans frontières, Hors-les-murs HLM, Mouvement Chrétien pour la Paix MCP, Pavés Hainaut Occidental, Sonalux