Publications

Rechercher les articles
par mot du titre ou mot-clé :

présentés par :

année et n° (si revue):

auteur :

Journée de Formation des CÉMOs à Mesvin

le 5 mars 2011

Catherine De Crombrugghe
Publié dans CEM n°91 (6/2011)

Quelque 45 membres de CÉMOs ont été heureux de se retrouver  le samedi 5 mars 2011 à Mesvin autour du thème La chrétienté est morte ! Vive l’Évan-gile ! Paul Tihon était empêché à cause de son état de santé et c’est Jacques Vermeylen qui a accepté de le remplacer au pied levé. Nous sommes passés sans difficultés à une perspective un peu différente : le Marché, le Temple et l’Évangile.

Nous nous sommes retrouvés rapidement en carrefour avec la question : qu’est-ce qui dans ma propre expérience, m’aide à vivre l’Évangile ?

Suite à la remontée assez concise des carrefours insistant sur la vie humaine de tous les jours, sur les rencontres,  la réflexion en groupe, la découverte d’une autre lecture de l’Évangile, Jacques Vermeylen nous a lancé la remarque que nous avions peu évoqué  les problèmes de société, même s’ils étaient sous-jacents.

Il nous a rapidement esquissé un tableau du catholicisme aujourd’hui : imaginez quelques cuisines-caves anonymes dans la grande ville du monde. Sur celles-ci se construit une demeure vaste, aux mille recoins. Puis elle s’est dotée d’une façade imposante à souhait (c’est le visage officiel de l’Église). Mais derrière, c’est un immense complexe de pièces disparates,  de tous les styles : certaines sont délaissées, d’autres sont pleines de vie. De temps en temps, des habitants se rassemblent, des gestes symboliques sont posés, des solidarités se construisent, des convictions s’expriment, des propositions de spiritualités sont faites (qui vont du CEFOC aux Légionnaires du Christ). Quel bric-à-brac !

Au cœur de tout cela : c’est la mémoire d’un certain Jésus de Nazareth qui proclamait l’irruption du Royaume de Dieu. Pour cela, il propose aux Douze et à d’autres :

- Être avec lui pour faire communauté

- Annoncer le Règne de Dieu : un avenir pour le monde

- Recevoir le pouvoir de guérir les malades, de chasser les démons, de rendre une espérance

- Former un peuple de frères

Il nous a rappelé combien Jésus avait été innovant et étonnamment « séculier », donnant de la liberté, du souffle et du pouvoir aux humains pour faire réussir l’humanité, rendre la vie du monde plus conforme au royaume qu’il est venu inaugurer.  Là où il passait, les hommes courbés se redressaient, les malades retrouvaient la santé, les personnes marginalisées étaient accueillies. Ceux qui étaient sans horizon étaient soudain pleins d’espérance, un monde nouveau commençait à naître.

Paul a vécu cette expérience pascale : libération de l’esclavage de la Loi pour se découvrir fils de Dieu, dans une relation de confiance.

Il nous a fait aussi remarquer qu’aujourd’hui, beaucoup de chrétiens choisissent ce qui leur va dans l’ensemble du bagage religieux, de façon assez individualiste (c’est le marché), que d’autres au contraire tiennent à sacraliser et pétrifier pas mal de choses secondaires (le Temple). Alors que l’Évangile est une mémoire vivante, vivifiante et subversive de la vie de Jésus  qui libère et crée la communauté.

Il nous a précisé 4 repères qui lui semblent indispensables :

- Jamais tout  seul : savoir s’enrichir des expériences qui ne sont pas les miennes, tout en témoignant de la singularité du Royaume, grâce à un réseau de petites communautés.

- Jamais sans revenir au témoignage fondateur qu’est l’Evangile : donner la priorité à la juste relation humaine, le service mutuel, l’amour de l’autre au dessus de la Loi, l’espérance d’un monde juste et fraternel, éliminer l’idolâtrie de l’argent, etc..

- Savoir inventer (plutôt que d’imiter ou de suivre) ; Jésus n’a rien figé, les premières communautés non plus : elles étaient diverses comme d’ailleurs les 4 évangiles qui ne correspondent pas tout à fait à ce que Jésus a dit et fait. Etre à l’écoute de l’Esprit

- Promouvoir un humanisme ouvert à la transcendance. Dieu se mêle  à ce qui tourmente l’humanité, jusqu’à en mourir ; Dieu est tout le contraire du Grand Potentat Céleste. En effet, Liberté, Égalité, Fraternité sont  d’inspiration évangélique.

L’après-midi, nos carrefours sont partis de la question : À partir de ce que nous avons entendu, quelles interpellations ont surgi pour nous et pour nos communautés ? Quelles questions ?

Il faut oser innover et se réjouir des innovations d’autres groupes, être cohérent avec ce que nous disons, s’informer sur les mouvements alternatifs au « système », développer une véritable fraternité, constituer des réseaux, partager notre espérance en un avenir possible.

La célébration finale reprenait tous ces thèmes à travers plusieurs textes significatifs de  l’Écriture comme celui-ci : « Ce n’est pas pour baptiser que le Christ m’a envoyé mais pour annoncer l’Évangile » (1 Cor 1, 17)

La Loi : Lc 10 ; Mt 25 ; Mc 2,22 ; Ro 13,10 

Le temple : Jn 4 ; Mc 11,15 ; 1Cor 3

Le temps : Mt 12 ; Ac 3 et 4

Laissons-nous imprégner du souffle de l’Esprit comme le firent les disciples et les premières communautés ; il nous donnera alors la force d’oser revenir au vrai et pur message évangélique, au centre vital de toute vie qui est l’amour du Père et l’amour de notre Frère. Il nous donnera la force d’être témoin, d’être passeur de cet amour, passeur d’éternité.


Catherine De Crombrugghe (Communautés de base)


webdesign bien à vous / © pavés. tous droits réservés / contact : info@paves-reseau.be

Chrétiens en Route, Communautés de base, Démocratie dans l'Eglise, Evangile sans frontières, Hors-les-murs HLM, Mouvement Chrétien pour la Paix MCP, Pavés Hainaut Occidental, Sonalux